• Espace des femmes

    Gayatri Chakravorty Spivak

     Gayatri Chakravorty Spivak
    Vendredi 22 juin 2018 - 20 hEspace des femmes 35 rue Jacob 75006 Paris

    Gayatri Chakravorty Spivak, théoricienne de la littérature et critique littéraire indienne, lira son texte De la généalogie d’une intellectuelle féministe entre l’Inde et le monde occidental.
    Intermèdes musicaux : Rishab Prasanna (flûte bansuri), association Ethnomusika.

    En clôture du colloque Gayatri Chakravorty Spivak dans le siècle, Politique d’écriture et lecture pour refonder l’imagination critique dirigé par Mireille Calle-Gruber, Sarah-Anaïs Crevier Goulet et Philippe Daros. Organisé par : La Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Le Collège International de Philosophie, Columbia University in Paris, en collaboration avec le Centre de Recherches en Etudes féminines et genre /Littératures francophones (CREFEG/LF) et les Éditions des femmes-Antoinette Fouque.
    Programme à télécharger

    « Gayatri Chakravorty Spivak aura tôt fait l’expérience des contradictions qui nourrissent les grands mouvements des XXème et XXIème siècles. Née à Calcutta cinq ans avant l’indépendance indienne, dans une famille brahmanique de culture marxiste originaire de la partie occidentale du Bengale, un « Etat démocratique parlementaire » gouverné par des communistes, Gayatri Chakravorty assiste très jeune aux violences religieuses entre hindouistes et musulmans qui marquent les changements politiques et les constructions identitaires de son pays.

    Lecture du Capital, sensibilisation à une culture féministe par son entourage, engagement dans le domaine du genre et de la différence sexuelle, études universitaires à Calcutta où elle obtient une maîtrise d’anglais, puis aux Etats-Unis où elle est d’abord Professeur à l’Université de l’Iowa puis à Columbia University New York où elle enseigne depuis 1991. Elle a fondé au Bengale un programme de formation d’instituteurs et d’écoles pour les enfants des zones rurales et des minorités ethniques (1986), puis, élargissant son action, elle a créé en 1997 l’ONG The Pares Chandra and Sivani Chakravorty Memorial Education Project, spécialisée dans l’éducation des enfants des régions les plus pauvres du monde.

    Sa traduction de De la grammatologie de Jacques Derrida, en 1976, permet la découverte du philosophe aux Etats-Unis, et la fait connaître d’un large public, ainsi que son texte Can the Subaltern speak ? (Les Subalternes peuvent-elles parler ? trad. Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam, 2009), avec lequel elle signe, en 1988, son intervention incontournable et novatrice dans le champ des études postcoloniales. » Mireille Calle-Gruber
    Informations sur le colloque