Antoinette Fouque, créatrice de l’Espace des femmes

Cofondatrice en 1968 du Mouvement de libération des femmes (MLF), Antoinette Fouque a contribué, durant plus de quarante ans, à faire reconnaître et avancer les droits des femmes, en France et dans le monde.
Psychanalyste, théoricienne de la différence des sexes, femme politique, universitaire, elle est l’une des figures intellectuelles et historiques de la deuxième moitié du XXe siècle et du XXIe commençant.
Dès les débuts du MLF, Antoinette Fouque a travaillé à mettre en avant les capacités créatrices autant que procréatrices des femmes, notamment en créant elle-même des lieux qui leur sont dédiés : Éditions des femmes (1973), librairies des femmes, à Paris, Lyon et Marseille, Institut de recherches en sciences des femmes, journaux et, en 2007, Espace des femmes.

L’Espace des femmes, « promesse du futur »

Au cœur du 6e arrondissement de Paris, 35 rue Jacob, l’Espace des femmes est un lieu de débats et de rencontres, qui propose aussi une librairie et une galerie d’œuvres contemporaines. Havre de culture et de bouillonnement intellectuel, il a pour vocation de répondre à la définition qu’en donnait sa créatrice : « Une terre d’asile et d’hospitalité, promesse du futur ».
Antoinette Fouque est l’auteure de plusieurs ouvrages de référence. Dans Il y a deux sexes, Gravidanza, puis dans Génésique, elle explique et développe son concept de féminologie à travers des textes rédigés depuis l’origine de son combat pour les femmes.
En 2013, elle a co-dirigé et publié le Dictionnaire universel des créatrices, qui fait découvrir, sur 15 000 pages, plus de 40 siècles de créations des femmes, dans tous les domaines.
Elle a également réalisé des films parmi lesquels Rhapsody in Black, consacré à la grande couturière Sonia Rykiel, qui fut projeté en 2008 au Musée des Arts décoratifs de Paris.
Inlassable militante, fondatrice et présidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie (1989), députée européenne (1994-1999), Antoinette Fouque a participé activement, représentant la France et l’Europe, aux importantes conférences des Nations Unies des années 90 sur les femmes et sur le développement (Rio, 1992, Le Caire,1994, Copenhague, 1995, Pékin, 1995…).
Elle a manifesté sa solidarité agissante avec des héroïnes de la démocratie, telles que Aung San Suu Kyi, leader de l’opposition à la junte birmane, Taslima Nasreen, attaquée au Bangladesh et en Inde pour ses écrits pour les femmes, ou encore la députée kurde Leyla Zana, emprisonnée par le régime turc après avoir prononcé un discours dans sa langue natale.
Pour sa contribution décisive aux avancées de la condition des femmes, elle a été promue Grand Officier de l’Ordre national du mérite, Commandeur de la Légion d’Honneur et des Arts et des Lettres.
La collection Empreintes lui a consacré un documentaire, réalisé par Julie Bertuccelli et diffusé sur les chaînes France 5 et Arte. Le titre de ce portrait : Antoinette Fouque, qu’est-ce qu’une femme ?